Village de l’emploi : une initiative qui change les choses

Village de l'emploi

Que fait un développeur web ? Ce spécialiste concerne le début ou la fin d’un site (ou même les deux).

Mais qu’est-ce que cela signifie, dans le détail, d’être un développeur front-end ou back-end ? Cette question est importante pour ceux qui veulent étudier cette spécialité via le village de l’emploi et travailler dans ce domaine, non seulement pour comprendre quelles sont les exigences, mais aussi pour comprendre les annonces et les demandes des entreprises.

La définition des rôles de développeur front-end et de développeur back-end

Un site (mais aussi une application web) est essentiellement composé de deux parties :

– Une partie visible, celle avec laquelle l’utilisateur interagit ;

– Une partie “invisible” à l’extérieur, le “moteur” de tout le reste, sans lequel le site ne fonctionnerait pas.

Voici donc les définitions :

– le développeur front-end est celui qui réalise la partie visible du site, l’interface à travers laquelle vous naviguez, voyez des photos et des vidéos, lisez des textes ou effectuez d’autres activités ;

– le développeur back-end s’occupe des “coulisses” du site et crée donc tout ce qui fait fonctionner l’interface, mais que l’utilisateur ne voit pas. Il y a ensuite un troisième rôle : le développeur full-stack, qui sait comment créer à la fois le front end et le back end. Il travaille souvent avec d’autres personnalités spécialisées, mais il est toujours capable d’intervenir dans le développement des deux parties d’un site ou d’une application.

Compte tenu des différences entre le développeur front-end et le développeur back-end, les compétences requises par les trois catégories de développeurs sont également différentes.

Voici donc les connaissances spécifiques que doivent posséder les programmeurs front-end, back-end et full stack. Inscrivez-vous dès à présent au programme de formation du village de l’emploi dans le but de bénéficier d’une formation de qualité et au sortir d’occuper un de ces postes dans l’entreprise de votre choix. Consultez le site europe1.fr pour en savoir plus sur cette solution.

Les langages pour le développeur front-end : HTML, CSS, Javascript

Le développeur front-end développe l’interface du site, mais il est important de souligner qu’il ne s’agit pas seulement de graphisme (ce qui est de la compétence du web designer), mais d’expérience utilisateur, c’est-à-dire de rendre agréable et fonctionnelle l’expérience de celui qui doit naviguer sur le site (ou utiliser l’application).

Cela signifie que l’utilisateur doit pouvoir utiliser le site ou l’application de la manière la plus simple et la plus rapide possible, sur n’importe quelle plateforme et avec n’importe quel appareil : PC, tablette, smartphone.

Il y a 3 langues qu’un développeur front-end doit maîtriser :

1. HTML (HyperText Markup Language) : c’est le langage qui définit et organise la structure du contenu du site, ce que vous voyez, afin que les navigateurs puissent le “lire”. Tous les sites sont construits avec du HTML.

2. Le CSS (Cascading Style Sheets) définit plutôt la manière dont le site est vu, c’est-à-dire l’aspect que les pages web ont : couleurs, polices, arrière-plans.

3. JavaScript : c’est le langage qui a marqué un tournant dans la construction des sites web, car il permet d’ajouter aux pages des éléments interactifs et dynamiques tels que des pop-ups et des animations. À ne pas confondre avec Java, utilisé pour le développement d’applications et qui fait plutôt partie des “outils du métier” de ceux qui s’occupent du back-end.

JavaScript dispose d’un certain nombre d’outils qui facilitent le travail du programmeur :

– les bibliothèques, ensembles de fonctions pré-compilées et spécialisées qui accélèrent l’activité de développement : elles sont fiables, car elles sont continuellement testées par les programmeurs JavaScript, et beaucoup d’entre elles sont également gratuites ;

– les frameworks, les infrastructures logiques déjà préparées pour développer une application : dans ce cas également, l’avantage est le gain de temps, combiné à la sécurité de ces architectures. Les frameworks JavaScript les plus utilisés sont Angular2, AngularJS, Backbone, Ember et Meteor.

Les compétences du développeur back-end : PHP, Java, Python et bases de données

Le développeur du back-end travaille “dans les coulisses” : son travail doit donc être fonctionnel par rapport à celui de son collègue qui s’occupe du front-end. Les deux rôles sont complémentaires et travaillent en étroite collaboration pour garantir que le site est efficace, fiable et attrayant.

Le développeur back-end doit avoir deux compétences principales : les langages de programmation et la connaissance des bases de données.

Parmi les langages de programmation les plus demandés pour le backend, on a :

– Java, le langage incontournable, car, étant indépendant des systèmes d’exploitation, il est le plus utilisé pour développer des applications web et est donc indispensable pour un programmeur ;

– PHP, né pour créer des pages web dynamiques (à l’origine l’acronyme dérivé de Personal Home Page) et utilisé pour développer des applications web côté serveur, c’est-à-dire le back-end ;

– C#, le langage dérivé du C et du C++ pour la plateforme .NET, utilisé pour développer des applications Microsoft, mais aussi pour les smartphones et les jeux vidéo ;

– Python, considéré comme le “rival” de Java, est utilisé non seulement pour les applications, mais aussi pour l’analyse des données ;

– Ruby, également pour les applications, qui possède plusieurs frameworks, dont le plus connu est Ruby on Rails.

La connaissance des bases de données est importante pour un développeur back-end, car les sites ont souvent besoin de gérer des données (comme dans le commerce électronique). Parmi les compétences pour créer et exploiter une base de données, on peut citer SQL, Oracle MySQL, Microsoft SQL Server, MongoDB.

Le développeur full-stack : la somme du front-end et du back-end

Enfin, le développeur full-stack est la figure “complète”, qui sait créer les deux parties d’un site et qui combine donc les compétences des deux collègues que l’on vient d’examiner.

Par conséquent, le développeur full-stack devra connaître :

– HTML, CSS et JavaScript (avec bibliothèques et frameworks) pour le développement front-end ;

– Java (mais peut-être aussi un autre langage) pour le développement d’applications back-end ;

– Au moins un langage pour la création et la gestion des bases de données.

Devenir un développeur backend/frontend : ressources en ligne pour démarrer

Comprendre les différences entre le développeur front-end et le développeur back-end aide également à choisir ce qu’il faut étudier pour devenir un développeur web. Il n’existe pas d’écoles spécifiques : le diplôme en informatique est certes une base utile pour apprendre à programmer, mais il faut ensuite étudier les langages requis, selon que, l’on choisit l’un ou l’autre “côté” du web.

De nombreux développeurs apprennent sur le terrain, mais aussi pour les autodidactes (de plus en plus nombreux dans ce domaine) le web offre de nombreuses ressources utiles, des cours structurés aux tutoriels en ligne : ils constituent un excellent point de départ pour acquérir les connaissances de base de la programmation web. Pour ce faire, vous trouverez ci-dessous trois sites fiables et faisant autorité, où vous pouvez trouver des cours en ligne pour les développeurs de systèmes front-end et back-end : Codecademy, Quick Code, Quickstart.

Les propositions qui ont été énumérées s’adressent évidemment aux aspirants développeurs front-end et back-end : ceux qui veulent devenir des développeurs à part entière devront construire un chemin plus articulé, avec plus de connaissances et de compétences liées aux deux figures. Pour ceux-là, il existe le programme de formation du village de l’emploi, qui est le must en matière de formation dans le domaine en France. 

Managers brillants : découvrir le profil de Paul Morlet
Comment choisir son éclairage professionnel ?