Jardins partagés : guide pratique

C’est amusant de faire vivre le jardin en groupe dans un moment fort et convivial. Vous pourriez faire un pique nique ensemble et s’occuper de cette espace verte. Ensuite, une fois que le projet est réalisé : vous pourriez faire une exposition ou animation pour présenter ce fameux travail d’équipe. Pour son organisation : demandez conseils aux autres personnes qui ont, déjà, des jardins partagés.

La constitution d’un groupe

Le jardin partagé est un projet collectif, mais avant tout une fédération des personnes qui vont y participer est la solution idéale. Il faudra que tout le monde soit prêt pour participer à cette organisation. Créer ce lien, une sorte de cohésion de groupe qui vous donnera une envie commun de prendre soin de cette espace verte. Toutes les méthodes sont considérables pour sonder cet éventuel intéressement. Par exemple : faire une porte à porte, distribuer des documents, écrire un mail collectif, partager une affiche pour chaque maison du quartier. La raison de cette passion commune est de donner une potentialité à la nature et à l’environnement. Le jardin est un lieu de vie ainsi que de rencontre et de partage. Vous y cultivez des choses saines c’est-à-dire tous ceux que vous mangez. Vous pourriez, aussi, se détendre ou profiter de certains loisirs.

La manière de trouver un bon terrain

Il y a des étapes à suivre pour réaliser des jardins partagés comme trouver une parcelle de terrain qui sera disponible pour vos projets. Le premier pas est de consulter des friches ou des cours ou des pieds d’immeubles, et même des pelouses qui sont peu utilisées. Une balade dans le quartier vous permettra de faire du repérage de chaque coin. C’est une opportunité de découvrir la totalité de votre quartier en fouillant chaque recoin. Le mieux c’est d’en parler à tous les habitants afin qu’ils puissent vous orienter au projet. Vous pourriez vous adressez à la mairie pour identifier les terrains de la commune et de s’informer sur leur propriétaire. Pour votre sécurité, vérifier toutes les dispositions de la loi liées à vos droits. Le site web de la ville est, aussi, très utile pour se renseigner plus. Analyser l’état du sol car s’il était une décharge avant alors le mieux c’est de planter en bac ou avec du pot. Par contre s’il était une origine d’eau, alors, il conviendra de jardiner au sol. Compter aussi le nombre d’heure qui brille sur la plante en une journée. Faire attention aux ombres portées par les établissements à côté pendant toute la saison.

L’évaluation de la qualité de la terre

Une fois que vous avez trouvé le jardin collectif de votre choix, commencer le travail par enlever les racines des arbres sèches en utilisant la pelle. Il faut creuser un trou de 30 cm de chaque côté en observant la perméabilité du sol en l’arrosant avec deux arrosoirs d’eaux. Si elle se vide vite, alors, le sol est très perméable, peu être cultivé sauf que vous devriez faire attention au apport d’eau. Dans un bocal, mettez 3 éléments au tiers qui sont : la terre, le limon, et l’argile en ajoutant de l’eau. Agiter le récipient et laisser décanter. Une fois que c’est fait, le sable qui est le plus lourd se dépose au fond, ensuite, le limon et enfin l’argile. Si les trois ont un niveau équivalent, alors, la terre est homogène. Pour connaitre que la terre est argileuse, prenez une poignée en la malaxant, si elle devient collante et adhérant, alors elle est lourde et abondante en argile. Elle est difficile à travailler mais riche en matières nutritives. Donc, profitez du projet commun des habitants intéressés en créant des jardins collectifs qui seront un atout pour le quartier où vous habitez.

Guide pratique pour aménager un petit jardin
Projet immobilier à Bordeaux : faire appel aux conseils d’un cabinet spécialisé