Comment entretenir son moteur de bateau ?

moteur de bateau

L’entretien du moteur est une opération fréquente sur le bateau, avec le temps de navigation, les dépôts de sel, l’eau de mer constante et le soleil, votre moteur a certainement besoin d’être entretenu à l’aide d’un kit entretien mercury mariner. Découvrez les conseils d’entretien à effectuer après les sorties et comment hiverniser votre moteur en fin de saison.

Pourquoi l’entretien du moteur est-il essentiel pour votre bateau ?

Le moteur est la partie la plus sensible de votre bateau, s’il tombe en panne en mer, vous vous retrouverez rapidement dans une situation délicate, voire dangereuse. Un moteur mal entretenu peut fonctionner de façon maladive en raison d’une consommation excessive de carburant, de fuites, d’odeurs et d’un mauvais démarrage, jusqu’à ce qu’un jour il cesse complètement de fonctionner. Pour éviter toute dégradation ou fuite, un entretien régulier est recommandé tout au long de la saison et de la période d’hivernage en achetant un kit entretien mercury mariner. Pour assurer le bon fonctionnement de votre moteur, il est préférable de l’entretenir avant chaque saison. Pour ceux qui veulent le faire eux-mêmes, cela est possible. Si le hors-bord est stocké au sec, il est fortement recommandé d’effectuer un entretien de base après chaque sortie, comme rincer le moteur et le faire tourner dans de l’eau douce pour éliminer le sel. Vous pouvez commander en ligne un kit entretien mercury mariner pour effectuer ces tâches d’entretien à la perfection.

Comment prendre soin des moteurs hors-bord après chaque sortie ?

Il est nécessaire de retirer le capot, puis d’utiliser un kit entretien mercury mariner de rinçage. Démarrez le moteur et laissez-le tourner pendant au moins 1/4 d’heure afin de libérer le sel. Pour des raisons de sécurité, veillez à ce que votre moteur ne s’engrène pas dans l’engrenage pour empêcher l’hélice de tourner. Pendant ce processus, assurez-vous que votre moteur a suffisamment d’eau pour éviter la surchauffe. Lorsque vous nettoyez le système du moteur, vérifiez le débit d’eau afin de veiller à ce que la pompe à eau fonctionne correctement. L’eau doit s’écouler complètement et uniformément, elle doit être froide ou chaude, mais pas plus. Si l’eau est chaude et que le débit est insuffisant, arrêtez le moteur pour éviter tout dommage. Lorsque le moteur est en marche, débranchez l’alimentation en essence et laissez le moteur tourner pour brûler tout le combustible restant dans le carburateur. Lorsque la quantité d’essence dans le carburateur est épuisée, le moteur s’arrête de lui-même. Une fois celui-ci arrêté, coupez le contact et retirez le capot du moteur pour vérifier l’absence de fuites d’eau ou d’huile. Si votre moteur est lubrifié automatiquement, vérifiez le niveau d’huile. Essuyez ensuite votre moteur avec un chiffon et lubrifiez-le. Il est recommandé d’utiliser du WD 40, en faisant particulièrement attention aux pièces électriques et mobiles. Le principe d’un moteur marin après chaque sortie et stockage au sec est fondamentalement le même que celui d’un moteur marin, il faut faire tourner le moteur à l’eau douce, lubrifier les pièces mobiles, vérifier l’état des pièces du moteur comme les courroies, l’étanchéité du circuit, les éventuelles fuites et le niveau de liquide.

Qu’en est-il de l’hivernage des moteurs hors-bord ?

Veuillez consulter le manuel d’entretien du fabricant pour voir si des instructions spécifiques sont mentionnées. Pour les moteurs hors-bord, faites d’abord l’entretien à l’aide d’un kit entretien mercury mariner après chaque sortie avant de faire tourner le moteur plus longtemps. Vérifiez les bougies d’allumage. Mettez une goutte d’huile dans chaque cylindre et démarrez le moteur, l’huile protège le cylindre en hiver. Lors du redémarrage dans le ¼ d’heure, une fumée blanche est normale. Retirez le filtre à carburant ou le séparateur d’eau et vérifiez son état. En cas de doute, changez-le. Remplacez la roue de la pompe et vidangez le fond. La roue de la pompe est une pièce importante et doit être remplacée tous les ans ou toutes les 200 heures. Le principe est de brasser l’eau de mer aspirée au-dessus du niveau de l’hélice, puis de la faire passer par l’arbre du moteur jusqu’au bloc moteur. De cette façon, le moteur est continuellement refroidi par l’eau. Si les lames en caoutchouc de la turbine sont endommagées ou altérées, les processus de refroidissement sont affectés et les moteurs peuvent surchauffer, ce qui entraîne de graves dommages mécaniques.

Quels pièges éviter lors de l’achat d’une voiture ?
Ralenti instable : problème assez fréquent dans les Polo 9N