UNE CRISE DES BANLIEUES PEUT EN CACHER UNE AUTRE

Depuis vingt-cinq ans, la crise sociale s’incarne à travers ses banlieues populaires et quelques dizaines de villes comme Clichy-sous-Bois, Argenteuil, Vaulx-en-Velin ou Vénissieux, entrées dans l’imaginaire collectif après des émeutes ou des épisodes de violences. Autant de territoires qui symbolisent les tensions sociales, politiques, voire ethniques, de la société française. Autant de “quartiers sensibles” pour lesquels rien n’indique, malheureusement, une sortie rapide du marasme.

Mais cette crise des banlieues en masque une autre : celle qui se prépare, en silence, dans la “grande banlieue” pavillonnaire, au milieu des champs, dans les lotissements “low cost” qui ont poussé comme des champignons à distance des grandes agglomérations. Avec la hausse de l’immobilier, ces espaces, qui illustrent la tendance historique à l’”étalement urbain”, ont servi de refuge aux classes populaires et moyennes soucieuses d’accéder à la propriété individuelle. La conjonction des crises pétrolière et immobilière laisse craindre une profonde fragilisation de ces territoires.

1) Les gains réalisés sur le prix du foncier, donc de l’immobilier, risquent de disparaître à cause de l’explosion des coûts de transport dans des territoires où le recours à la voiture est indispensable. D’où des difficultés économiques évidentes pour les familles.

2) Dans le contexte actuel, ces territoires perdent ainsi une bonne part de leur attractivité, ce qui les place en première ligne face à une éventuelle baisse de l’immobilier. D’où un risque de diminution amplifiée des prix.

3) Comme ils sont endettés sur une longue durée (vingt-cinq ou trente ans), ces ménages remboursent essentiellement, les premières années, les intérêts de l’emprunt et seulement une part réduite du capital. D’où une fragilité exacerbée face à l’évolution du marché immobilier.

Ce dernier aspect est une véritable bombe à retardement dans l’hypothèse d’une baisse significative de l’immobilier. Soit parce que ces familles pourraient être amenées à revendre leur bien à perte, avec des conséquences néfastes en termes d’endettement. Soit parce qu’elles subiraient une forme d’”assignation à résidence” : le temps de rembourser une partie suffisante du capital ou d’espérer une remontée de l’immobilier, elles se verraient interdire tout projet de mobilité.

Le piège se referme donc sur ces catégories sociales, engluées dans leur parcours résidentiel, ramenées à ce qui définit le mieux les classes populaires (l’absence de choix) et les classes moyennes (la peur de la relégation dans la strate sociale inférieure). On peut certes se rassurer en estimant que les effets de cette crise des banlieues lointaines seront probablement moins spectaculaires que dans les “grands ensembles”, où les tensions sociales se télescopent avec les problèmes d’éducation, d’immigration et de jeunesse. Pas de voitures brûlées, donc. Ni d’épisodes de violences collectives.

La colère risque plutôt de trouver un débouché électoral. Car il est un enseignement du séisme du premier tour de la présidentielle de 2002 sans doute oublié trop rapidement. Dans leur analyse sur le vote Le Pen, des chercheurs, comme Jérôme Fourquet ou Hervé Le Bras, avaient mis en évidence l’importance des zones périurbaines dans la progression du Front national. Lequel avait obtenu d’excellents résultats dans les territoires compris entre 20 et 50 km des centres-villes. Une population que Nicolas Sarkozy avait réussi à arracher au vote protestataire en 2007. Une population qui pourrait être tentée d’exprimer à nouveau, sous une forme ou sous une autre, son ressentiment face à l’effritement de ses rêves de propriétaire et à l’impuissance du politique. Rendez-vous dès 2009 avec les élections européennes…

L’ONU DÉFILE SUR LES CHAMPS ÉLYSÉES, LES BANLIEUES FRANÇAISES S’ENFLAMMENT
LE COÛT RÉEL DE L’IMMIGRATION EN FRANCE