TRANSPORTS EN COMMUN ET DÉVELOPPEMENT DURABLE

Comme des millions de citoyens français, j’utilise quotidiennement les transports en commun. Un mode de transport devenu incontournable dans les grandes villes : il facilite grandement les voyages intra-muros. Il est aussi bien utilisé pour les déplacements professionnels, pour les courses, la culture ou même une simple sortie en famille.

Le transport collectif est devenu un véritable réseau veineux qui irrigue la cité. Il est le cœur et l’un des fers de lance du développement durable, de l’amélioration de la qualité de la vie, de l’environnement et des facilités de mouvements pour les citoyens.

A Lyon et dans sa périphérie, de nombreux projets ont été réalisés. Il s’agit notamment du prolongement des lignes du métro A et B ainsi que de la création de trois lignes de tramway et de nouvelles gares routières. Ces chantiers ont renforcé l’efficacité du transport de personnes et permettent, aujourd’hui, à des milliers de citoyens d’accéder facilement au centre-ville. De plus, tout au long de l’année, de nouvelles améliorations sont apportées afin de garantir un bon fonctionnement des services et des dessertes.

Le prolongement de la ligne B jusqu’à Oullins et celui du tramway T3 jusqu’à l’aéroport de Saint-Exupéry sont en cours. Un autre projet devrait relier Rillieux-la-Pape au centre ville de Lyon. D’autres projets sont encore à l’étude.

De plus le maire de Lyon, Gérard Colomb, a déployé depuis plusieurs mois les relais cyclistes baptisés « Vélov ». Aujourd’hui, les « Vélov » sont très empruntés par les lyonnais, ce qui leur permet de se déplacer rapidement en ville pour un coût minime. Ce succès populaire permet un renforcement des transports de surface, un désengorgement de la voirie et la diminution de la pollution de l’air.

Afin d’interconnecter tous ces moyens de transport rapides et propres, le maire de Lyon et le conseil régional de Rhône-Alpes se sont rapprochés de la direction régionale de la SNCF. Le but étant d’organiser un véritable transport public régional. Deux actions d’importance ont déjà été mises en œuvre : Il s’agit de la Carte « Oùra ! » et du renforcement des dessertes du TER grâce au cadencement effectué le 9 décembre 2007.

Les résultats sont positifs, les fréquentations s’accroissent et déjà le maire de Lyon souhaiterait lancer l’idée d’un « RER à la lyonnaise ». Il s’agit là d’un projet ambitieux et d’un intérêt collectif qui faciliterait les déplacements des citoyens de la région Rhône-Alpes.

Un autre débat se lance autour des transports collectifs, il s’agit de la gratuité. Si l’idée peut paraître farfelue, ce débat anime de plus en plus sérieusement les usagers. On peut ou on ne peut pas être d’accord, mais le débat mérite d’être lancé par les décideurs locaux, afin de répondre à des faits de société inédits.

Toutefois, depuis 2001, Gérard Colomb est à la tête de la ville de Lyon. Il a su donner un nouveau souffle et dynamiser la ville grâce au développement et au renforcement des pôles et des secteurs d’activités. Son bilan en matière de transports et de développement durable est positif. Le maire de Lyon a agit concrètement, avec efficacité et discernement. Les résultats sont visibles et ressentis positivement par les lyonnais.

Dans ces domaines précis, Lyon et la Région Rhône-Alpes sont des modèles et des pilotes pour les villes françaises qui souhaitent adopter des modes de transport similaires. Des pays européens, comme l’Italie ou l’Espagne, semblent eux aussi intéressés par l’expérience des modèles lyonnais, parisien et même lillois.

A l’heure des élections municipales, les électeurs sont sensibles aux discours des candidats dans ce domaine et plus généralement dans l’amélioration de la qualité de vie. Tout comme eux, je lis et j’écoute leurs entretiens par le biais de la presse et d’Internet. Les lyonnais attachent beaucoup d’importance à la politique des transports et celle-ci mobilise et monopolise les énergies des acteurs publics. Cet engagement de proximité sera décisif dans la campagne municipale.

Pour ma part, vivant à proximité de Lyon, utilisant quotidiennement les Transports en Commun Lyonnais et travaillant dans le chemin de fer, je suis très concerné et partiellement impliqué par les projets politiques émis par la ville et la région. Je préciserais que si je ne partage pas toutes les options et rarement les idées politiques de Gérard Colomb, il n’en demeure pas moins qu’il possède des qualités de décideurs et de gestionnaires. Dans le domaine des transports urbains, l’actuel maire socialiste de Lyon a obtenu un bilan positif.

Aujourd’hui la société a mutée et elle doit répondre à de nouvelles exigences. Le développement durable et la qualité du transport en commun ont pris une ampleur tellement considérable qu’ils répondent aujourd’hui à de nouveaux défis économiques, politiques et humains. Les décideurs municipaux, régionaux et maintenant nationaux axent leur politique autour de ces deux principaux thèmes et les citoyens n’y sont pas moins attentifs. La société est en mutation constante, elle est à l’image des citoyens français, c’est un fait. La France doit donc planifier et impulser à l’échelle nationale une nouvelle politique pour garantir un développement dans la durée des transports en commun qui puisse répondre aux exigences de la collectivité. C’est une des garanties pour la survie de la société française, c’est un défit majeur pour l’avenir !

UN “CONTINENT” GIGANTESQUE DE DÉCHETS SE FORMERAIT DANS LE PACIFIQUE NORD
AUTRICHE : PAS DE DROITS DE L’HOMME POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS DES ANIMAUX