Sarkozy humilie la France et insulte les morts

Une source élyséenne a déclaré à la presse que « L’Elysée a ainsi qualifié dimanche d’ « erreur historique » le fait d’imputer à Damas cet attentat. « Le Drakkar, ce n’était pas la Syrie. La Syrie, c’était l’attentat contre l’ambassadeur de France au Liban Louis Delamare en 1981. Le Drakkar, c’était l’Iran et le Hezbollah ».

La présidence de la république a estimé que « C’est une polémique qui n’a absolument pas lieu d’être ».

Le malaise est quand même présent, surtout que la version officielle de cet attentat a toujours été remise en cause depuis 20 ans par les spécialistes, les familles des victimes, et les victimes eux-mêmes.

Le président syrien a toujours été considéré comme impliqué dans l’attentat qui a coûté la vie à 58 soldats français au Liban en 1983.

Mise au point sur la Russie e Poutine à l’attention des européens
La Russie et le Venezuela : la nouvelle alliance