POUR 59% DES FRANÇAIS, LE SOUTIEN AUX BANQUES NE RAMÈNERA PAS LA CROISSANCE

Les Français voient l’avenir en noir. Selon un sondage BVA- Les Echos- France Inter publié lundi, une majorité d’entre eux ne croit pas au plan de soutien aux banques pour sortir du marasme économique. 56 % des personnes interrogées jugent en effet que les mesures d’aides aux secteurs bancaires ne pourront “pas vraiment” ou “pas du tout ramener une confiance durable aux investisseurs”, et 59 % pensent qu’elles ne seront “pas vraiment” ou “pas du tout” à même de “favoriser la reprise de la croissance économique”.

Combien pour les plus démunis ?

“Si l’État peut prêter 40 milliards aux banques, il peut en accorder un peu plus pour les plus démunis”, estiment 79 % des Français. Ceux-ci doutent par ailleurs de leur système économique : 67 % d’entre eux considèrent que “la crise prouve que le système économique libéral ne fonctionne pas et qu’il faut en changer. Ils sont 65 % à se montrer “tout à fait” ou “plutôt d’accord” pour dire qu’”il faudrait maintenant que l’État investisse beaucoup d’argent pour soutenir l’emploi grâce à ce que l’on appelle les contrats aidés”. 54 % approuvent le fait que “dans la situation actuelle, il ne faut surtout pas privatiser ou ouvrir le capital des services publics”.

L’opinion des Français sur la politique économique du gouvernement demeure toujours majoritairement “mauvaise” (59 %), même si la perception s’est améliorée de 4 points par rapport au mois dernier. “Paradoxalement, grâce à la crise financière, le solde ou indice d’opinion (bonne ou mauvaise) sur la politique économique a ainsi progressé de 12 points, passant de – 35 en juin à – 23 en octobre”, selon les conclusions du sondage.

La note attribuée par les Français sur la gestion de la crise par le gouvernement se situe à 5,1 sur 10, contre 4,4 sur 10 début septembre, est-il indiqué. Ce sondage a été réalisé par téléphone les 17 et 18 octobre auprès d’un échantillon de 1.014 personnes, sélectionnées selon la méthode des quotas.

LA RUSSIE EST EN CAPACITÉ DE RÉPONDRE AUX EXIGENCES MONDIALES EN TERME ÉNERGÉTIQUE
LA PANIQUE GAGNE WALL STREET