LE VIRUS H9N2 DE LA GRIPPE AVIAIRE INQUIÈTE DES CHERCHEURS

Les pays du monde entier se préparent à un risque d’épidémie provoquée par le virus H5N1 de la grippe aviaire mais une autre souche de la maladie, appelée H9N2, pourrait également représenter une menace pour la population, rapportent des chercheurs.

Des analyses pratiquées sur cette souche du virus ont montré qu’il était capable de se transmettre et de se propager avec un nombre limité de mutations, a révélé une équipe de chercheurs du Saint Judes’s Children Research Hospital de Memphis et de l’université du Maryland.

“Nos résultats suggèrent que l’existence et la prévalence des virus H9N2 chez des volailles constituent une menace conséquente pour les humains”, écrivent les chercheurs dans le Public Library of Science journal.

La plupart des spécialistes du virus de la grippe estiment qu’une pandémie à l’échelle mondiale est inévitable. En revanche, personne ne peut prédire quelle souche du virus en particulier en sera responsable bien que le H5N1 fasse actuellement figure de principal suspect.

Le virus H5N1 de la grippe aviaire a contaminé 358 personnes et fait 243 victimes humaines depuis 2003. Il a également entraîné l’abattage de 300 millions de volailles.

Avec un nombre limité de mutations, il pourrait se transformer en un virus se transmettant facilement à l’homme et se propageant rapidement de personne à personne. Mais certains experts soulignent que le H5N1 n’est pas le seul virus à disposer de ces caractéristiques.

Le H9N2, qui existe principalement chez les volatiles, a contaminé au moins quatre enfants à Hong Kong, provoquant des symptômes sans gravité. Il a été retrouvé chez des oiseaux, des cochons et d’autres animaux en Europe et en Asie.

Une seule mutation rend le H9N2 plus virulent et plus pathogène et facilite également sa transmission d’un furet à un autre, constatent les chercheurs dans leur étude.

Toutefois, il ne semble pas se transmettre dans l’air, ce qui pourrait limiter sa propagation.

Il existe des centaines de souches des virus de la grippe aviaire mais seulement quatre – le H5N1, le H7N3, le H7N7 et le H9N2 – ont contaminé des humains.

11 MILLIONS D’EUROS POUR CONSERVER UNE AGRICULTURE EN ILE-DE-FRANCE
LE MOUVEMENT SYNDICAL S’AMPLIFIE POUR UN PRIX RÉMUNÉRATEUR DU LAIT