IL FAUT CONSTRUIRE L’EUROPE EN RESPECTANT LES PEUPLES

Après le non irlandais au référendum sur le traité de Lisbonne, Jean-Pierre Chevènement revient sur la nécessité de prendre en considération la volonté populaire pour aller plus avant dans l’élaboration de l’Union européenne.

Juridiquement, le traité de Lisbonne est mort avec le non irlandais : un traité n’a de valeur que s’il est adopté, dans les mêmes termes, par tous les pays qui l’ont signé. En France et aux Pays-Bas, les gouvernements avaient déjà contourné la volonté populaire en procédant, par un véritable déni de démocratie, à une ratification par voie parlementaire.

Patatras ! Là où le vote par référendum était constitutionnellement nécessaire, en Irlande, le rejet populaire est net. On cherche à minorer le vote irlandais : ce ne serait que 4 millions d’habitants, M. Sarkozy a eu un mot malheureux en parlant «d’incident irlandais». Mais qui peut douter, qu’en France, comme aux Pays-Bas, le résultat aurait été le même si le peuple avait été consulté ? Et qui peut croire que, s’il l’était au Royaume-Uni, en République tchèque, voire en Allemagne, le résultat serait pareillement négatif ?

Les dirigeants européens sont confrontés à la rébellion des peuples contre une construction technocratique et antisociale dans laquelle ils ne se reconnaissent pas. M. Jouyet, dans un premier mouvement dont on sait qu’il est toujours le bon, a déclaré : «Je suis plus que touché : effondré !» M. Barroso délégitime sa fonction de président de la Commission européenne en demandant la poursuite de la procédure de ratification. Il s’arroge un pouvoir qu’aucun traité n’a confié à la Commission. M. Gordon Brown, premier ministre britannique, est pris en flagrant délit de déni de démocratie. Oublié l’engagement de Tony Blair de consulter le peuple britannique par référendum ! Le fossé se creuse ainsi entre les élites dirigeantes «oui-ouistes» et les peuples. M. Sarkozy a oublié tout ce qu’il nous a dit pendant la campagne électorale sur la nécessité d’une Europe qui protège, d’un euro trop cher, et d’une politique de change plus réaliste. Ce mépris du peuple nourrira demain les pires régressions.

Nous sommes engagés dans une dérive gravissime où les peuples ne peuvent que perdre confiance dans ceux qu’ils ont élus. Il est temps de se mettre à leur écoute. Les raisons du fossé qui s’est créé sont simples : il y a d’abord un mécanisme de décision ultratechnocratique ni la Commission européenne, ni la Banque centrale européenne, ni la Cour de justice de l’Union européenne ne rendent de comptes à des représentants élus par les peuples. Le Parlement européen n’exprime aucune volonté générale, c’est un Parlement fantôme, de lui n’émane aucune légitimité.

En second lieu, la construction européenne n’a été, en aucune manière, une barrière protectrice contre une mondialisation libérale qui frappe l’Europe de plein fouet. Il n’y a plus de tarif extérieur commun, les taux de change sont assassins pour l’activité économique. Au nom du principe de la concurrence, on a tué les politiques industrielles. La libéralisation des marchés de l’énergie a eu, pour conséquence, l’envol des prix de l’électricité et du gaz. La sécurité de l’approvisionnement énergétique européen est le cadet des soucis de la Commission, l’intérêt des peuples est foulé aux pieds par ceux dont la mission devrait être de le défendre. Et, pendant ce temps-là, les dogmes usés du libre-échangisme et de la concurrence érigée en fin dernière de toute la société font eau de toutes parts. Même M. Sarkozy reconnaît que le traité de Lisbonne ne peut être d’aucune aide dans la solution des graves problèmes économiques auxquels nous sommes confrontés. La présidence française démarre ainsi complètement à côté de la plaque.

M. Sarkozy est ainsi placé devant un dilemme crucial pour la suite de sa présidence. Ou bien il persiste à se fondre dans la triste cohorte de ses homologues européens ou bien il se souvient de ses mâles discours de campagne électorale, il prend alors le taureau par les cornes, il choisit de porter le débat sur la réorientation de la construction européenne cela ne peut se faire qu’en s’appuyant sur la volonté des peuples. Il faut revoir les statuts de la Banque centrale européenne ou, à tout le moins, rappeler que la politique de change est de la compétence des gouvernements au terme du traité de Maastricht lui-même, disposition totalement oubliée, depuis lors. Il faut assouplir le pacte de stabilité pour organiser une relance à l’échelle de la zone euro, ce qui sera le meilleur moyen d’aider les États-Unis à surmonter leur récession. Il faut bloquer la politique de concession de M. Mandelson, dans la négociation agricole, à l’OMC. Il faut, enfin, redresser les initiatives débiles de la Commission européenne en matière de politique énergétique commune.

Bref, il faut une France qui sache ce qu’elle veut. Pour M. Sarkozy, l’histoire ne repassera pas les plats. Ou bien, il choisira de s’appuyer sur le peuple, ou bien il continuera de le combattre en s’appuyant sur l’establishment européen. Il faut laisser tomber le mauvais traité de Lisbonne qui entérinait la rupture de parité dans les votes au Conseil entre la France et l’Allemagne, parité qui avait permis, jusqu’ici, le progrès équilibré de la construction européenne. Il faut faire avec le traité de Nice, dont ceux qui l’ont signé disent beaucoup de mal mais qui, depuis huit ans, permet quand même de fonctionner. Il faut surtout de l’imagination et la volonté politique de construire une Europe avec les peuples, selon le principe de la géométrie variable. C’est ainsi qu’on réconciliera l’Europe avec la démocratie qui vit dans les nations.

LES CINQ REVIREMENTS D’OBAMA
SUR LA LIBÉRATION MIRACULEUSE D’INGRID BÉTANCOURT