BÉTANCOURT : LA VERSION OFFICIELLE PLIE MAIS NE ROMPT PAS

Ingrid Bétancourt parle et continue de nous vendre la version officielle de sa libération : de courageux militaires colombiens ont infiltré, sans se faire repérer, le groupe de Farc qui la détenait et ont transformé un déplacement d’otages en libération. Sauf que la presse suisse raconte que tout ceci est une jolie mise en scène destinée à doper la popularité du président Uribe. On évoque le paiement d’une rançon, la reddition moyennant finance du commandant responsable d’Ingrid Bétancourt et le patronage de l’opération par le renseignement américain. Il commence donc à apparaître que les services extérieurs français n’ont pas participé à cette opération et que l’Elysée a été tenu à l’écart. En attendant que tout ceci ne s’ébruite trop, Nicolas Sarkozy, Bertrand Delanoë et Ségolène Royal tentent de tirer la couverture à eux et veulent leurs photos avec l’ex-otage, dont on commence à se demander si elle n’a pas pris des cours de com’ dans la jungle.

LES CINQ REVIREMENTS D’OBAMA
SUR LA LIBÉRATION MIRACULEUSE D’INGRID BÉTANCOURT